Advertising with Fair Endurance

122 chevaux sont morts sur une période d’un an dans un pays – et ce n’est pas les EAU!

1,191

Les gens qui accusent les pays du Moyen-Orient de barbarisme se préoccupent peu de ce qui se passe dans leur soi-disant “société civilisée”.

Il y a les données recueillies dans un pays pour une période d’un an allant du 1er août 2018 au 31 juillet 2019:

  • 122 chevaux ont perdu la vie pour diverses raisons, le plus souvent pour des blessures graves aux membres avant (61)
  • 7 chevaux se sont écroulés et sont morts
  • 10 chevaux sont décédés de causes cardiologiques
  • • 5 chevaux sont morts à la suite d’hémorragies

Le bilan total pour la durée d’un an a atteint 122 chevaux, soit un cheval tué tous les 3 jours!

Croyez-vous que ce rapport vienne du Moyen-Orient?

Non ! Ce compte rendu vient d’Australie!

Suivez le lien de vérification ici: https://horseracingkills.com/issues/deathwatch/

Et ces 122 chevaux morts ne sont que la surface visible d’un iceberg!

Il y a un mois, l’émission 7.30 de la chaîne ABC Australienne a été diffusée et a révélé que des centaines de chevaux de course australiens en bonne santé sont envoyés chaque année à l’abattoir.

Thousands of thoroughbred racehorses are being sent for slaughter — many abused and inhumanely killed — despite rules preventing just that.Source:ABC

Les images montraient des chevaux battus, frappés à coups de pied et électrocutés à l’aide de matraques électriques alors qu’ils gisaient dans des abattoirs, et suscitaient des questions quant aux allégations de l’industrie des courses au sujet de son programme de réadmission pour chevaux de course.

Le rapport a aussi soulevé des questions au sujet des affirmations de la Course Australienne concernant la réintégration des chevaux de course à la retraite.

Les données officielles de la commission des courses montrent qu’environ 34 chevaux par an se retrouvent dans les abattoirs – soit moins de 1% des chevaux qui partent à la retraite. Mais le programme suggérait que le nombre est bien plus élevé, malgré les règles exigeant le recensement et le suivi des chevaux, de leur naissance à leur retraite.

Serious questions have been raised about the welfare of racehorses, with thousands winding up in slaughterhouses.Source:ABC

“L’industrie des courses s’est dissimulée derrière de pseudo-études qu’elle a fait faire et des données tirées d’un formulaire de retraite obligatoire selon lequel moins de 0,5 pour cent des chevaux de course sont abattus,” a fait remarquer Elio Celotto, porte-parole de la Coalition pour la Protection du Cheval de Course.

“Ils ont maintenant tort et doivent admettre qu’ils ont un grave problème de bien-être.”

Selon le CPCC, jusqu’à 220 chevaux sont abattus hebdomadairement dans un abattoir dans le Queensland et, en moyenne, 56 % sont des chevaux de course.

“Avec un autre abattoir qui tue aussi des chevaux et 33 autres boucheries, nous estimons le nombre réel à plus de 10 000 (par an)”, a dit M. Celotto dans un communiqué.

Relisez-le encore: plus de 10 000 chevaux sont massacrés chaque année dans les abattoirs d’Australie “civilisée”!

Thousands of horses are being sent for slaughter despite rules preventing it. The explosive 7.30 report will rock the racing industry to its core.Source:ABC

Lisez le rapport d’ABC et regardez les images troublantes ici: https://www.news.com.au/sport/explosive-730-investigation-exposes-brutal-slaughter-of-thousands-of-healthy-racehorses/news-story/eafb209900ad1c18a38b2062ad679381

Il y a une Australienne, Jay Randle: https://www.facebook.com/jay.randle.splendacrest/

Photo Jay Randle/Facebook

Elle est très active dans les deux types de sport équin: les courses équines et les courses d’endurance.

De ce fait, elle aurait vraisemblablement pu avoir connaissance d’une situation aussi dégoûtante qui s’est produite dans son industrie, dans son pays d’origine.

Mais dans son profil sur Facebook, nous n’avons trouvé aucune publication dans laquelle elle pourrait faire part de ses préoccupations sur les problèmes survenus dans le sport équestre en Australie.

Venons-en maintenant aux lamentables nouvelles des Émirats arabes unis.

Un cheval a été victime d’une grave blessure lors de l’épreuve de qualification longue de 40 km. Avec une vitesse moyenne de 15 km/h, il est donc manifeste que la vitesse n’est pas la cause des blessures. Nous ne savons même pas le type de blessure que ce cheval a subi.

Clean Endurance a publié un article sur cette blessure catastrophique, démontrant une fois de plus leur sélectivité dans les informations négatives.

Clean Endurance publie des articles sur la mort des chevaux aux Émirats Arabes Unis, mais pour une quelconque raison, ils ont gardé le silence sur la mort des chevaux en Arabie Saoudite en février 2019.

Notre reportage sur la mort de ce cheval en Arabie Saoudite est accessible ici: http://fair-endurance.com/un-cheval-dope-est-mort-apres-la-course-a-al-ula-promue-par-tarek-taher/

L’ironie de la situation est que les EAU sont peut-être le seul pays qui publie en direct les résultats pour toutes les compétitions, y compris les épreuves nationales de qualification. Par conséquent, tout le monde peut savoir s’il y a eu des morts de chevaux lors de ces chevauchées.

Et pas un seul pays Européen ne publie de tels résultats en direct pour ses courses de qualification, et nous ne savons rien de ce qui se passe pendant les compétitions nationales en Europe, et les morts de chevaux, si elles se produisent, pourraient facilement être dissimulées.

Comments
Loading...