Advertising with Fair Endurance

L’Intolérance religieuse de Tarek Taher

556

Cette histoire a été couverte par de nombreux médias, dont FOX NEWS. Vous pouvez les consulter en cliquant sur les liens suivants:

Un résumé de cette histoire a été publié dans le Rapport Annuel du Réseau des Historiens Concernés (NCH) – voir p.32:

People walk around The American University in Cairo. Courtesy photo

American University in Cairo professor Adam Duker on April 29, 2019, in Cairo, Egypt. Duker introduced his Egyptian undergraduates to world religions, but an influential Saudi donor intervened to stop him. Duker’s departure from Egypt raises questions about religious diversity and academic expression at one of the few American accredited universities in the Middle East. RNS photo ARA Network

L’Université américaine du Caire (UAC) a été fondée par des missionnaires presbytériens venant des États-Unis en 1919, mais en l’espace de deux décennies elle est devenue une institution non confessionnelle. Selon le gouvernement égyptien, ses 6 500 étudiants sont musulmans à hauteur de 90%, le reste étant chrétien pour la plupart.

L’UAC est également le seul établissement d’enseignement supérieur égyptien certifié par la “Middle States Commission” sur l’Enseignement Supérieur, un consortium américain de délivrance de diplômes. Il a reçu des millions de dollars de fonds publics américains depuis les années 1980.

En 2002, le père de Tarek Taher, le milliardaire saoudien Abdulhadi Taher, décédé en 2013, a créé la Chaire Abdulhadi H. Taher pour l’étude comparative des religions à l’UAC.

La dotation de la Chaire Abdulhadi H. Taher, d’environ 3,5 millions de dollars, est la plus importante dotation en Sciences Humaines dans le monde Arabophone. Abdulhadi Taher a consacré la Chaire “à soutenir un programme d’études qui illustre les croyances du Dr Taher en enseignant la tolérance religieuse et l’égalité, favorisant ainsi la paix”, selon le site Internet de l’UAC.

“Les fonds de dotation Abdulhadi H. Taher pour l’étude comparative des religions vise à s’assurer que l’UAC offre un enseignement des religions du monde par des autorités reconnues dans ce domaine “, a expliqué Michael Reimer, directeur du Département d’histoire où se trouve le siège des religions comparatives. “L’objectif du programme de religion comparative est d’accroître la compréhension des différentes traditions religieuses du monde, de favoriser le respect et la tolérance entre les personnes de différentes traditions religieuses et de promouvoir ainsi la paix entre les communautés religieuses”.

Adam Duker. (Megan Haley for FIRE.)

Le professeur Adam Duker est arrivé à l’UAC pendant l’automne 2016, après avoir obtenu un doctorat de l’Université Notre Dame, pour accepter un poste de professeur adjoint et la chaire Abdulhadi H. pour l’étude comparative des religions.

Historien religieux des mouvements de réforme chrétienne dans l’Europe du début de l’ère moderne, Duker enseigne un programme oecuménique qui initie les étudiants à l’étude académique du christianisme, de l’islam, du judaïsme, y compris des conférences sur le bouddhisme et l’hindouisme, dans un cours d’enquête intitulé “Religions du monde” à l’université.

Tarek Taher est l’héritier de la fortune de son père et est actuellement Vice-Président de la société de son père, le groupe Al-Taher basé à Djeddah. Il y a quelque temps, Tarek Taher a persuadé le président de l’université, Francis Ricciardone, de retirer le titre accordé dans le contrat de Duker après que le professeur eut refusé la demande de Taher qui lui demandait de défendre l’islam dans son enseignement et ses études.

Duker a déclaré dans une interview accordée au Religion News Service que Taher avait demandé à Duker d’encourager ses étudiants non musulmans à se convertir à l’Islam.

“Taher a demandé à approuver mes cours au préalable avant de les enseigner, et de n’enseigner les autres religions que de manière à prouver qu’elles étaient “incorrectes” et à convertir les étudiants à l’Islam”

– Adam Duker, professeur

Plus tôt cette année, l’université a retiré la chaire Taher de la liste des chaires de professeurs-chercheurs financés sur son site Internet. En juillet 2017, les administrateurs scolaires ont dit à Duker qu’il ne devait plus utiliser le titre dans le cadre de ses fonctions officielles et l’ont informé que le donateur avait aboli la chaire sans offrir un autre poste ou indemniser Ducker pour la résiliation du contrat. Son dernier jour d’enseignement sera le 15 mai 2019.

Le porte-parole de l’université, Rehab Saad, a refusé de faire des commentaires sur la question, invoquant les règles de confidentialité, mais a confirmé que Duker ne sera plus employé par l’université.

Adam DUker. (Megan Haley for FIRE.)

Les problèmes de Duker ont commencé en janvier 2017, selon le professeur, lorsque Ricciardone lui a demandé de répondre aux préoccupations de Taher concernant l’enseignement de la religion comparative à une population étudiante majoritairement musulmane. Ricciardone a également demandé à Duker de continuer à cultiver l’Arabie saoudite en tant que donateur de l’UAC. Cela a conduit à une rencontre au manoir de Taher à Malibu que Duker a qualifié de “vraiment bizarre”.

Lors de la réunion, a rappelé M. Duker, M. Taher a exigé le droit d’approuver à l’avance toutes les conférences et tous les documents de cours de M. Duker, et a insisté pour qu’il n’enseigne aucune religion non abrahamique.

“Tarek Taher] a exigé que j’arrête d’enseigner l’hindouisme et le bouddhisme, que je ne puisse enseigner que les religions abrahamiques, et que des religions abrahamiques, je ne peux enseigner le judaïsme et le christianisme que de manière à montrer la supériorité de l’Islam”

– Adam Duker, professeur

Depuis, Duker et ses élèves ont été confrontés à d’autres problèmes. En 2017, dans une correspondance adressée aux administrateurs de l’UAC, Taher s’est opposé à l’utilisation par le professeur de la traduction du Coran d’Oxford, qui utilise le mot anglais “God” au lieu de l’arabe “Allah” pour décrire l’être suprême.

Taher a également envoyé des messages à des personnes sur une page Facebook d’étudiants sur le campus affirmant que Duker – qui s’identifie comme chrétien d’origine juive – est un “sioniste” essayant d’utiliser les fonds de dotations de son père “pour emmener les étudiants en Israël”, et qu’il “voulait que des étudiants musulmans nettoient un cimetière juif”.

Ces commentaires faisaient référence à une sortie éducative de novembre 2017 à laquelle Duker a emmené ses élèves, et qui comprenait des monuments religieux locaux comme les mosquées du sultan Hassan et al-Rifai, l’église copte chrétienne suspendue et la synagogue historique Ben Ezra. Au cours de cette sortie, le professeur et ses étudiants ont été harcelés par des représentants du gouvernement égyptien qui se sont présentés à la synagogue, selon Duker et ses étudiants.

The American University in Cairo located in Egypt. (Google maps)

“Je n’avais pas le droit d’exposer mes étudiants à des Juifs vivants, à des sites juifs, comme des synagogues, des cimetières, et plus important encore, il s’inquiétait que je n’emmène jamais mes étudiants en Israël”

– Adam Duker, professeur

“Ils criaient agressivement pour nous dire de partir, demandant aux étudiants s’ils étaient musulmans et nous demandant pourquoi nous étions à la synagogue “, se souvient l’étudiant Alex Ben Ghanem, qui était sur le terrain.

Les officiels ont retiré les élèves de la bimah de la synagogue, la plate-forme à partir de laquelle la Torah est lue.

Duker a été conduit hors de la synagogue par des hommes armés de mitrailleuses devant ses élèves. Selon Duker et d’autres étudiants, certaines étudiantes qui portent le hijab traditionnel (foulard) ont dit avoir été interrogées pour savoir si Duker avait essayé de les convertir au judaïsme.

Selon Duker, les autorités ont mentionné “Taher” à plusieurs reprises au cours de son interrogatoire.

Tarek Taher s’est opposé à la traduction anglaise du Coran [Adam Duker] utilisée dans sa classe – une traduction d’Oxford University Press – parce qu’elle traduisait “Allah” par “Dieu” et, selon [Taher], a retiré Allah du Coran.

Certains étudiants ont dit qu’ils avaient envoyé des messages écrits à l’ambassade des États-Unis et, après environ 45 minutes de menaces d’arrestation, Duker a été libéré.

Pendant ce temps, l’université a lancé une enquête visant Duker, a déclaré le professeur, notant qu’il n’a pas été interrogé dans l’enquête. Ses étudiants ont confirmé qu’ils avaient été interviewés.

“Les responsables de l’université nous ont laissé sortir de ses portes pour faire une sortie éducative sans soutien adéquat “, a déclaré Ben Ghanem. “Mais sachant comment fonctionne l’UAC, j’ai eu l’impression qu’ils blâment le professeur et personne d’autre. Quelques jours plus tard, il était clair qu’il était possible qu’il (Duker) soit (discipliné).”

Les étudiants de M. Duker affirment que M. Ricciardone et d’autres responsables de l’université ont nui à la réputation déjà ternie de l’école en tant que rare sanctuaire d’enquête ouverte et de discussion libre en Égypte, où musulmans et chrétiens commencent à peine à engager un dialogue interconfessionnel.

Depuis que Ricciardone a pris le leadership au début de 2016, l’UAC est passée de l’une des 250 meilleures universités du monde à une institution qui n’est plus classée selon le “Times Higher Education University World Rankings”, une publication annuelle des classements des universités par le magazine Times Higher Education.

People walk around The American University in Cairo. Courtesy photo

J’ai dit à [M. Taher] qu’il était toujours le bienvenu dans ma classe, ou si [M. Taher] veut une tribune pour expliquer pourquoi sa famille veut investir dans l’éducation religieuse, je serais heureux qu’il prenne la parole dans ma classe ou donne une conférence en tant qu’invité d’honneur. Je voulais l’accommoder si je le pouvais, mais les choses que [M. Taher] demandait étaient si déplacées que ce serait une violation de mes responsabilités professionnelles que de le faire”.

– Adam Duker, professeur

“Parce que l’Égypte est un pays musulman, il est très difficile de parler de ces choses, et si vous n’êtes pas d’accord avec un quelconque aspect de l’Islam, vous ne pouvez pas le dire à haute voix “, a déclaré Yasmine Sakr, 22 ans, étudiante chrétienne en économie et communication marketing, qui s’est inscrite il y a deux ans au cours de Duker sur l’étude comparative des religions mondiales.

“Le professeur Duker donnait des cours de manière très objective – et j’ai pu avoir des conversations ouvertes avec mes camarades de classe musulmans sur les différences et les similitudes, et donner mon opinion sans avoir peur, ” a-t-elle ajouté. “C’était mon cours préféré à l’UAC.”

En avril 2019, le Comité des griefs du Sénat de l’université a publié une conclusion officielle exprimant son inquiétude quant au fait que Tarek Taher a été autorisé à s’ingérer dans les affaires scolaires et à influencer la décision du doyen de l’université de retirer son titre à Duker, selon la décision du comité.


“Cette ingérence a créé un précédent très dangereux et a porté atteinte à la liberté académique du Dr Duker.”

– Le Comité des Griefs du Sénat de l’UAC

Il est courant pour les collèges et les universités qui cherchent à obtenir des chaires dotées de préciser les sujets généraux des chaires avec les donateurs et de maintenir l’engagement des donateurs et de leurs familles envers le collège après que le don a été fait.

Mais les donateurs de chaires dotées ne sont généralement pas autorisés à superviser le travail d’un professeur ou à annuler une chaire s’ils désapprouvent. Typiquement, les chaires dotées ne sont juste que ça – des chaires dotées– et donc, une fois créés, ne peuvent pas être révoquées.

En même temps, la relation entre Duker et l’université continue de se détériorer. Le 5 mai, un secrétaire d’université a traité Duker de ” kyke “, une insulte aux Juifs, après avoir découvert qu’il avait demandé à un étudiant de traduire sa demande au personnel de garde pour l’aider à emballer ses livres.

L’université, par l’intermédiaire de son porte-parole, a déclaré qu’elle avait “ouvert une enquête et qu’elle prendrait des mesures rapides, le cas échéant”, selon un communiqué.

Malgré les difficultés qu’il a rencontrées avec le milliardaire Saoudien, les responsables Égyptiens et l’Administration de l’UAC, Duker ne regrette pas entièrement d’être venu au Caire, même s’il affirme que sa motivation première était de développer le seul programme comparatif religieux non sectaire dans le monde islamique et la chaire dotée, qui ouvre ses portes dans les universités et dans la communauté.

“L’opportunité de venir en Egypte pour occuper la plus grande chaire de sciences humaines du monde islamique a été l’un des facteurs déterminants qui m’ont attiré à l’UAC “, a-t-il déclaré. “Dans le monde universitaire, être nommé Chaire est un honneur prestigieux qui ouvre de nombreuses portes. J’ai pu utiliser la plate-forme de ma chaire pour initier des dialogues interreligieux dans la communauté.”

Adam Duker, a former assistant professor at the American University in Cairo, accuses AUC of stripping him of his position for refusing “the demands of an Islamic extremist” megadonor. (Courtesy of Adam Duker)

Taher “a formellement demandé qu’il ne veut plus du Poste Permanent Abdulhadi Taher de Recherche Universitaire sur l’étude comparative des Religions. Pour honorer sa demande, nous cesserons le financement de cette chaire à partir du 1er juillet 2017.”

Taher “a clairement mentionné qu’il ne veut plus que son nom de famille soit associé à cette chaire de professeur… Donc la chaire Abdulhadi H. Taher d’Étude Comparative des religions n’existe plus”.

On ne sait pas exactement quelles étaient les conditions précises de l’accord original sur le don; et M. Duker dit qu’il ne l’a pas vu. En réponse à la question de savoir si les termes de l’accord permettent à un donateur – ou à un héritier du donateur – de révoquer le don ou d’en changer l’objet, AUC a déclaré que ” la politique de l’UAC, agissant en vertu de la loi, permet à l’Université de temps en temps d’ajuster les termes des dons des donateurs, vivants ou décédés, s’efforçant toujours de garder foi dans l’intention originale des donateurs dans les circonstances changeantes du monde dynamique”.

La position de Duker était que même si Taher demandait qu’on ne l’appelle plus la Chaire Taher, l’Université ne pourrait pas accorder la demande sans son consentement parce que l’UAC avait une obligation contractuelle envers lui. Dans un courriel du 20 octobre décrivant sa position, il a dit qu’il était prêt à négocier un autre titre, mais cela ” exigerait que l’Université m’accorde une nouvelle chaire dotée non révocable, me verse une compensation financière pour le titre Taher ou me rachète mon contrat”.

M. Duker affirme qu’au lieu de négocier, l’UAC a riposté contre lui pour avoir continué d’utiliser le titre, à la fois sous la forme d’une accusation officielle de mauvaise conduite de la part d’un professeur, et sous la forme de menaces juridiques. En février, il a reçu un courrier de l’avocat de l’UAC, Sunanda K. Holmes, l’accusant d’être en rupture de contrat pour avoir continué à utiliser le titre de président de la Chaire Taher. Holmes a écrit : “Vos exigences et menaces constantes et l’utilisation continue de ce titre causent un préjudice financier et une atteinte à la réputation de l’UAC, dont nous avons l’intention de vous tenir entièrement responsable en vertu de la loi”.

Adam Duker. (Megan Haley for FIRE.)

Je ne pensais pas que ce serait un poste à long terme une fois que le Président, le Vice-Recteur et le Doyen auraient pris la décision de se soumettre à la volonté de Tarek Taher.”

– Adam Duker, professeur

“Je suis venu ici pour faire le difficile travail d’enseigner aux étudiants Musulmans comment comprendre les Chrétiens selon les termes du Christianisme, comment comprendre les juifs selon les termes du judaïsme, comment comprendre les hindous selon les termes de l’hindouisme, comment comprendre les bouddhistes selon les termes du bouddhisme”.
“C’est un travail incroyablement important, et personne ne le fait.”

– Adam Duker, professeur

Enfin, les étudiants de l’UAC ont créé la page Facebook en support au professeur Adam Duker, qui compte maintenant près de 8 000 personnes: https://www.facebook.com/TheAbdulhadiHTaherChair/

Sur cette page, quelqu’un a publié quelques réponses de Tarek concernant cette situation:

À suivre…

Comments
Loading...